Le cumul emploi-retraite

Après la retraite, les seniors ont parfois besoin de retravailler histoire de s’occuper, ou de pouvoir arrondir les fins de mois. Les salariés comme les non-salariés peuvent ainsi cumuler une retraite. Toutefois, cette possibilité est pourvue de conditions.


Les conditions pour bénéficier d’un cumul emploi-retraite

Le salarié retraité qui souhaite reprendre le travail doit avoir cessé définitivement son activité auprès de son ancien employeur. Il faut, par la même occasion, qu’il ait demandé en entier toutes les pensions, que ce soit de base ou complémentaires, ce qui implique qu’il a déjà commencé à recevoir sa pension. S’il est soumis au régime général de salarié, il doit respecter les conditions liées à l’âge. Par contre, il n’y a aucune restriction à ce propos s’il reprend une activité soumise au régime libéral. À noter que le salarié retraité peut reprendre son activité au sein de son ancien employeur à condition de passer un nouveau contrat. Il faut que ces conditions soient remplies, sinon, le retraité ne bénéficiera que du cumul partiel de son salaire et de sa pension, lequel est plafonné soit à 1.6 % du SMIC ou en fonction de la moyenne des 3 derniers salaires précédemment perçus.


Situation du retraité-salarié

Une fois que le nouveau contrat de travail est signé, l’individu est soumis au statut de retraité salarié. À la charge pour lui d’aviser sa situation auprès des différentes caisses de retraite. Il dispose ainsi de 30 jours à compter de la signature du nouveau contrat. Il doit également communiquer à ces organismes ses coordonnées personnelles ainsi que les pièces justificatives afférentes. Dès lors qu’il reprend son activité professionnelle, il doit s’acquitter des cotisations sociales. Pour les personnes qui ont eu une retraite anticipée, elles peuvent bénéficier d’un cumul intégral de salaire et de retraite à partir de 60 ans ou de 65 ans selon les cas.

Actuellement, avec le nouveau projet de loi de réforme des retraites, plusieurs dispositions du cumul-emploi ont été modifiées et il semble que ces modifications sont moins favorables que les précédentes. Il en est ainsi de la reprise d’activité par le bénéficiaire d’une pension de vieillesse. Celle-ci ne sera plus constitutive de nouveaux droits à la retraite. Pour pouvoir continuer d’en bénéficier, il faut être soumis à la retraite progressive. Toutefois, on s’aperçoit qu’avec le cumul emploi-retraite intra-régime plafonné, si le total perçu par le retraité sur son salaire et sa pension dépasse 160 % du SMIC, sa pension sera tout simplement réduite et non suspendue comme c’était le cas auparavant.

You may also like...