Seniors: discrimination au travail

Dans l’édition d’avril 2013 du baromètre Seniors en entreprise (Notretemps.com, Entreprises et Carrières et Menway), 37% déclarent avoir le sentiment qu’il existe, dans leur entreprise, une discrimination, un harcèlement moral en raison de l’âge. Et parmi ceux-ci, 82 % disent en avoir été personnellement victimes.

Etre senior et en activité.

Pour certains c’est un choix, pour d’autres ce serait une obligation pour s’en sortir financièrement, cumuler retraite et activité professionnelle ou pour s’assurer une retraite complète . Que ce soit l’un ou l’autre, il peut y avoir des passages difficiles.

Les seniors souffrent souvent de l’absence de possibilités de progression.

D’une part, ils ressentent un « plafond d’âge » qui limite leurs perspectives de promotion ou de mobilité choisie. Lorsqu’ils expriment un souhait de mobilité interne et qu’ils parviennent à la dernière étape du processus, ils sont souvent déçus de constater qu’au final l’entreprise choisit une personne plus jeune à compétences égales, voire moindres. Leur expérience n’est plus un atout mais devient un handicap.

D’autre part, les seniors sont lésés sur les augmentations de salaire. En effet, lorsque l’entreprise procède à des augmentations, les seniors constatent que celles-ci sont plus rares et d’un niveau moindre que celles des plus jeunes. Les raisons avancées consistent à estimer que les plus jeunes sont moins payés au départ et qu’il faut donc les augmenter davantage.

Un nombre important d’entreprises cherchant à inverser la pyramide des âges et faire des économies proposent une rupture conventionnelle pour pousser leurs doyens vers la porte de sortie. Ce mode de rupture est admis par la loi mais la jurisprudence conclut dans certains cas à l’illicéité d’un départ négocié par employeur et son salarié, notamment pour protéger certains travailleurs bénéficiaires d’une protection particulière en matière d’emploi.

Ce mode de rupture n’est pas sans danger notamment pour les salariés approchant l’âge de la retraite.

En effet, la rupture conventionnelle est fréquemment utilisée par les employeurs en vue de mettre fin à l’activité professionnelle des salariés qu’ils n’auraient pas pu mettre à la retraite, si ceux-ci ne remplissent pas les conditions requises par la loi. C’est l’outil le plus souvent choisi par les entreprises pour évincer les seniors.

Les discriminations au travail sont nombreuses malheureusement et notre âge est un fait imparable. Il faut rebondir.
Si vous êtes où avez été victime de discrimination en raison de votre âge, vous avez la possibilité de saisir le Défenseur des droits.
Le Défenseur des droits est une autorité constitutionnelle indépendante qui est chargée de veiller à la protection de vos droits et de vos libertés et de promouvoir l’égalité.  

Histoire vécue d’un salarié de 58 ans qui a subi de nombreuses pressions pour le pousser à accepter une mise à la retraite anticipée : rétrogradation, refus de formation, menaces de sanction, difficultés dans l’évolution de sa rémunération…

You may also like...