Faut-il déclarer son handicap au recruteur?

Le handicap physique est souvent source de frustration chez celui qui le subit, surtout lorsqu’il s’agit d’affronter le regard des autres et les préjugés de certains. Voilà pourquoi certaines personnes dissimulent leur handicap lors d’un entretien d’embauche. Cette attitude est-elle correcte aux yeux de la loi ? Faut-il le déclarer ?

Que dit la loi ?

Pour le futur employeur, il n’y a aucune obligation légale d’informer son employeur de son handicap. En plus, selon les lois de 2001 et 2008 concernant la lutte contre les discriminations, aucune discrimination à l’accès à l’emploi, au sein de l’entreprise et même au niveau du salaire ne peut être appliquée au titre du handicap. Cependant, le fait de dissimuler son handicap peut constituer un grave risque vis-à-vis de la personne concernée. En effet, l’individu, s’il est embauché sans avoir mentionné son handicap, doit assumer toutes les missions auxquelles on l’a confié, ce qui pourrait aggraver son handicap si jamais le travail était difficile.

 

Faut-il le déclarer ?

Tout dépend des circonstances et du domaine de travail dans lequel la personne handicapée se trouve. Si l’entreprise où l’on postule admet une politique sur le handicap, la mention de son handicap dans le CV peut être un atout. Dans ce cas, il faut spécifier que l’on bénéficie d’une reconnaissance en tant que travailleur handicapé. Par contre, si l’entreprise ne fait mention de sa position vis-à-vis du handicap des travailleurs, il est conseillé de ne pas spécifier cette situation de handicap au moment de postuler. Évidemment, on ne peut pas dissimuler son handicap. Le moment opportun est d’aborder le sujet lors de l’entretien. Là encore, tout dépendra de la relation qui va s’établir entre le candidat et son recruteur.

Les conditions de handicap où l’accès à l’emploi est impossible

Il existe plusieurs types de handicaps physiques et normalement, lorsque celui-ci ne compromet pas le travail, il n’y a aucune raison pour l’entreprise de ne pas embaucher la personne. Toutefois, voici deux cas où la personne handicapée n’aura aucune chance de s’intégrer ni de continuer dans le monde du travail. Le premier est la déclaration d’inaptitude par le médecin. Pour un salarié dont le cas d’inaptitude n’a été déclaré qu’au cours de son travail, il peut toujours bénéficier d’un reclassement si c’est possible. L’employeur peut actionner la procédure de licenciement si le travailleur handicapé s’absente souvent et dans un délai prolongé. Ceci s’explique par le fait que la survie de la société est en jeu. À l’employeur de bien respecter la procédure.

You may also like...